Qu’est-ce qu’un marabout africain ?

Au Maghreb?

pentateuque2Au Maghreb, le marabout africain est un saint musulman reconnu au sein de sa communauté. Le sage maghrébin base ses connaissances et ses techniques sur une lecture ésotérique du Coran. C’est un maître spirituel, un ascète qui vit sur la voie l’Islam.

La population arabo-berbère de simple condition rurale lui attribue souvent des miracles qui ouvrent la porte à de nombreuses croyances. Le marabout africain ne dispose pas de pouvoirs au sein de sa communauté, mais celle-ci le consulte pour des problèmes d’ordre spirituel et aussi plus largement sur la vie sociale.
Au Maghreb arabe, ce personnage n’est pas un sorcier comme c’est le cas pour son homologue africain en Afrique noire.

En Afrique noire ?

ManuscritTraité-des-nativités2En Afrique subsaharienne, le marabout africain est considéré comme un sorcier ou un envoûteur. Il est consulté pour la résolution des vastes problèmes de la vie quotidienne allant de la santé au bon ordre social.
Les marabouts africains sont à l’image des chamans, des personnages importants à qui la population prête de multiples rôles et pouvoirs. Ils pratiquent des rites au nom d’une divinité ou d’un esprit à l’aide de préparations et de talismans.

L’usage du terme marabout africain a été étendu aux prêtres, aux sorciers, aux acteurs traditionnels de la vie africaine qui réalisent des rites animistes, oeuvrent à guérir leurs patients d’un mal ou qui conseillent les personnes et la communauté pour tous les problèmes de la vie sociale. Bien qu’abusif car se rapportant à des pratiques peu en rapport avec l’islam, l’usage du titre de marabout pour des pratiques magiques et occultes est cependant entré dans le langage courant.

Le marabout africain vit relativement à l’écart du reste de la population. Son style de vie, nécessitant recul et détachement par rapport au monde, lui permet de garantir une sagesse et d’affirmer une certaine autorité morale.

Les catégories de marabout africain

On peut discerner 3 grandes catégories de marabout africain :
– le « religieux » : il base son savoir et ses pouvoirs sur la science religieuse musulmane et reste en phase avec les préceptes Coraniques.
– le « fétichiste » : surtout surnommé sorcier ou jeteurs de sorts, il est en relation avec les éléments composant la nature dans le but de les utiliser à des fins maléfiques ou bénéfiques.
– le « ficelle » : avec la prétention d’avoir des pouvoirs magico-religieux pouvant solutionner tous les problèmes terrestres, il n’est qu’un charlatan qui abuse du titre respecté de marabout pour s’enrichir facilement.

Le marabout africain de France ?

En France, le marabout africain qui est souvent d’origine subsaharienne, puisent autant pour sa pratique du maraboutisme ou du maraboutage, dans l’islam que dans l’animisme, le christianisme, le vaudou et plus généralement dans la magie. Malheureusement, beaucoup d’entre eux ne sont que des marabouts ficelles !

S’ils sont présents en France depuis longtemps, le nombre de marabouts africains augmente considérablement depuis les années 1980. Leur présence en France est un phénomène essentiellement urbain, avec une clientèle issue du brassage des populations, des nationalités et des classes sociales.

Ceux-ci sont statutairement assimilés aux voyants et aux médiums. La pratique maraboutique est assez vaste. Cependant, l’activité du marabout africain se concentre essentiellement sur la divination et la résolution des difficultés sociales les plus diverses.